Allocution d’ouverture du Secrétaire Général de Caritas Mali de l’atelier  de planification de la phase II du PASAN

Allocution d’ouverture du Secrétaire Général de Caritas Mali de l’atelier de planification de la phase II du PASAN

Monsieur le Coordinateur National de PASAN et ses collaborateurs au niveau national ;

Chers Coordinateurs diocésains ;

Madame, Messieurs les Chargés diocésains du PASAN et vos collaborateurs ;

Chers collaborateurs du Secrétariat National ;

Mesdames et Messieurs ;

Chers participants ;

 

C’est toujours un grand plaisir pour moi de prendre la parole et de souhaiter à vous toutes et tous, la bienvenue à cet atelier de planification de la phase II du PASAN-Mali, qui nous conduit dans un processus de planification, comportant des ateliers au sein de Caritas Mali et, des rencontres virtuelles avec les partenaires financiers membres du consortium du programme PASAN.

 

Comme vous le savez, cet atelier de planification de la phase II du PASAN-Mali se tient dans un contexte sécuritaire et sanitaire particulièrement difficile et où, la transition démocratique divise les Maliens.

 

Il n’est nullement pas besoin de vous rappeler, qu’il se tient naturellement dans un contexte de fin de programme de la phase I. C’est donc dans un contexte « charnière », de jonction entre les phases que se tient le présent atelier.

 

Pour dire un mot sur la première phase, les résultats de l’évaluation externe nous rassurent que le programme a été conduit de façon satisfaisante. Ce qui augure de bonnes perspectives pour la suite mais, aussi d’un lendemain meilleur qui se construit sur des bases solides, s’agissant bien attendu de la 2ème phase du programme.

 

C’est donc dans ce contexte d’un nouveau départ consensuel que nous sommes réunis ce matin pour dessiner ensemble les grandes lignes d’actions à réaliser durant les 5 prochaines années dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnel au profit bien attendu, des populations vulnérables de nos trois diocèses, à savoir : Bamako, Kayes et Ségou.

 

Notre rencontre a pour objectif général de : « Faciliter l’élaboration de la phase II du PASAN » et comme objectif spécifique de « Permettre à Caritas Mali de disposer d’une esquisse d’un dossier technique de PASAN 2 ».

 

Les résultats attendus sont nombreux. Me référant aux discussions du dernier Copil, c’est à dire, celui de mars 2021, et aux conclusions des échanges avec Caritas Norvège et les Caritas Nationales concernées par le PASAN, le nouveau programme qui sera bâti sur les acquis de la première phase, connaitrait des aménagements majeurs que l’on peut ici citer :

  • l’introduction des « centres d’apprentissage villageois » ;
  • l’augmentation du nombre des bénéficiaires du programme ;
  • la limitation des zones d’interventions ou la concentration géographique du programme dans le pays dans le souci d’intensification des groupes cibles ;
  • l’appropriation des acquis de la première phase ;
  • la prise en compte des thématiques telles-que la construction de la paix, la cohésion sociale et le plaidoyer à travers les droits fonciers ;
  • la mécanisation de l’agriculture ;
  • la digitalisation du partage de l’information et de la communication ;
  • le renforcement des spécialisations et le partenariat avec des acteurs de différentes compétentes qui sont, sommes toutes autant de thématiques nouvelles qui viennent s’ajouter aux composantes existantes ;

 

A ces innovations, il y a lieu d’évoquer la question d’harmonisation des actions du PASAN avec celles des programmes régionaux existants ou en élaboration au niveau des partenaires membres du consortium, tel que le « programme  sous régional agroécologie » conduit de façon parallèle par Secours Catholique/Caritas France.

 

Vous comprendrez que le programme du présent atelier est suffisamment chargé et que le travail à faire durant les quatre ou cinq jours est immense, puisse qu’il nous faille à la fois, traiter les aspects généraux et prendre en compte les préoccupations particulières des partenaires engagés dans le financement du PASAN, afin que, tous se sentent bien à l’aise, tant au démarrage du programme PASAN, dans sa nouvelle phase, qu’au cours des cinq (5) années de sa mise en œuvre.

 

Enfin, le travail est d’autant plus immense, que le chronogramme établi, laisse peu de marge de manœuvre à la dispersion du temps et des idées, le processus de planification devant être bouclé le 15 août 2021 et la soumission de la version définitive pour fin juillet 2021 au plus tard.

 

Dans ce sens, la méthodologie proposée pour conduire les travaux de l’atelier nous semble assez bien justifiée ; dans la mesure où, elle permet de gagner du temps et des étapes dans notre démarche globale de planification. C’est pourquoi, je vous invite à vous impliquer individuellement et collectivement aux débats, et à aborder avec la plus grande attention et de rigueur, toutes les questions relatives à la redéfinition de cette 2ème Phase. Les livrables que nous aurons obtenus in fine, constitueront assurément le Programme Quinquennal 2022-2026 PASAN du Mali. Que le Seigneur nous accompagne dans cette mission.

Sur ce, je souhaite plein succès aux travaux du présent atelier de planification de la deuxième phase du PASAN.

Je vous remercie de votre aimable attention !

 

 

 

VISIOCONFERENCE DU FORUM DU SECRETARIAT NATIONAL DE CARITAS MALI AVEC SES PARTENAIRES AUTOUR DU NOUVEAU PROGRAMME TRIENNAL 2021-2023

VISIOCONFERENCE DU FORUM DU SECRETARIAT NATIONAL DE CARITAS MALI AVEC SES PARTENAIRES AUTOUR DU NOUVEAU PROGRAMME TRIENNAL 2021-2023

La rencontre virtuelle du Secrétariat National de Caritas Mali (SNCM) et ses partenaires a eu lieu hier, 21 janvier 2021 au centre Abbé David à Sebénikoro, Bamako. Conduit par le Secrétaire Général de Caritas Mali, M. Théodore TOGO, cette conférence a réuni d’une part, le personnel du SNCM et d’autre part les Partenaires Techniques et Financiers que sont : Secours Catholique/ Caritas France, Caritas Espagne, Caritas Innsbruck (Autriche), Caritas Italie, Caritas Africa, Caritas Suisse, MISEREOR, Catholic Relief Service (CSR). Il faut également noter la participation de la Coordination Diocésaine de Mopti à cette visioconférence.

L’objectif principale était d’échanger par visioconférence, sur le Programme triennal (PT) 2021-2023 avec les partenaires et de négocier les modalités d’accompagnement par ceux-ci de la mise en œuvre dudit programme.

Les échanges ont porté sur : les grandes lignes de l’autoévaluation du PT 2018-2020, le contexte national du Mali (situation socio­-politique, économique, sécuritaire et sanitaire), les grandes lignes du rapport narratif et financier du PT de l’année 2020, les grandes lignes du PT (matrice, cadre logique PS, PT et PSE), Les grandes lignes du budget nouveau PT 2021-2023, les rapports d’audit 2018 et 2019 du SNCM.

A la fin de cette rencontre virtuelle tous les partenaires ont renouvelé leur volonté d’accompagner le secrétariat national qui joue un rôle de coordination et de suivi des actions de Caritas Mali dans les diocèses. Ils ont tout de même formulé des recommandations qui vont permettre au SNCM d’améliorer le contenu du PT 2021-2023.

Pour rappel, le programme triennal est un programme d’opérationnalisation du Plan Stratégique (PS) 2018-2023 de Caritas Mali. Ainsi, le nouveau PT 2021-2023 constitue la deuxième phase d’opérationnalisation du PS de Caritas Mali.

JC

Mots de bienvenue du SG à l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation mi-parcours du PASAN.

Mots de bienvenue du SG à l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation mi-parcours du PASAN.

  • Messieurs les Consultants de ID SAHEL;
  • Chers Coordinateurs Diocésains;
  • Chers Chargés de programme ;
  • Chers Suivi-évaluateurs ;
  • Chers Comptables diocésains ;
  • Mesdames et Messieurs les Agents polyvalents de Développement Communautaires du PASAN ;
  • Chers Collaborateurs du SNCM ;
  • Chers Participants,

 

En 2017, au moment de la planification des activités du PASAN, une évaluation externe, considérée comme une étape importante de la vie du programme, avait été programmée pour mesurer le chemin parcouru dans sa mise en œuvre.

 

Ce matin, nous sommes réunis ici pour nous plier à cet exercice.

Je remercie l’ensemble du personnel permanent du programme PASAN et souhaite une chaleureuse bienvenue aux Coordinateurs Diocésains, aux Chargés de programme, aux Suivi-évaluateurs, aux Comptables, aux ADC, ainsi qu’au personnel d’appui à différents niveaux de nos structures, ici présents.

 

J’adresse mes remerciements particuliers aux Consultants de ID SAHEL : le Gestionnaire, le Chef de la mission d’évaluation et l’enquêteur qui n’ont ménagé aucun effort pour réaliser la mission à eux confiée par la coordination nationale. Malgré une saison hivernale particulièrement pluvieuse rendant les déplacements difficiles, ils ont accepté de nous faciliter ce travail d’évaluation externe souvent dans des conditions difficiles. Ils nous ont convoqué ce matin, pour partager avec nous, les résultats provisoires de cette évaluation ; partager avec nous ce qu’ils ont vu sur le terrain en terne de réalisations, ce qu’ils ont entendu auprès des populations bénéficiaires des zones d’intervention, leurs propres impressions sur le programme et sa mise en œuvre et les conseils qu’ils veillent bien nous prodiguer pour corriger nos insuffisances éventuelles.

 

Trois ans après le démarrage du programme, et à un an de son échéance (2018-2021), cette étape s’inscrit comme une opportunité à saisir dans notre cheminement au quotidien et nous avons, je le crois, tout intérêt à lui accorder toute l’importance qu’il faut ; Car elle nous donne l’occasion d’ouvrir des débats dans un esprit critique, de faire des commentaires et des suggestions pour améliorer le rapport provisoire.  Des plages sont ouvertes à cet effet, pour des questions de compréhension, d’éclaircissement, d’interrogation et de fond en termes de contribution et observation à intégrer dans le rapport.

Mais au-delà de nos apports au rapport provisoire, c’est aussi l’occasion de consolider les acquis, de renforcer nos compétences et de corriger à temps les erreurs de parcours et les faiblesses constatés dans nos approches et nos mécanismes de pilotage du projet.

 

Nous avons tout à gagner si nous sortons d’ici réconfortés avec des idées plus claires du travail à faire, des insuffisances à combler, des attentes plus affinées des groupes cibles à satisfaire, qui ont toujours quelque chose à nous apprendre, pour la qualité et durabilité de nos actions.

 

Ce n’est que de cette manière, que nous pourrons réussir ce projet dans toutes ses composantes et avoir la confiance de nos bailleurs de fonds maintenant et pour la seconde phase du projet, je l’espère, et, gagner aussi une plus grande crédibilité de notre organisation Caritas Mali auprès des populations pour lesquelles le projet a été initié.

 

Chers Participants,

L’objectif global de cet atelier de restitution est bien de contribuer à la qualité du rapport de l’évaluation externe à mi-parcours du PASAN-BKS1821

L’objectif spécifique recherché est de permettre à la mission d’évaluation de disposer d’un rapport provisoire de l’évaluation externe à mi-parcours validé par les différentes catégories d’acteurs de Caritas Mali sous réserve de la prise en compte de leurs différents apports.

Je demande à cet effet aux participants de l’atelier, de prendre activement part aux débats pour enrichir le rapport provisoire dont la version finale sera partagée avec l’ensemble des parties prenantes du programme.

 

Par ailleurs, cet atelier de restitution sera suivi à partir de demain et jours suivants, de l’atelier de renforcement des capacités sur les techniques d’utilisation des tablettes, le suivi des indicateurs d’effets et d’impacts et la redevabilité du programme PASAN. D’ores et déjà, je souhaite aux participants du deuxième atelier, une très bonne rencontre.

 

Pour conclure mes propos, je souhaite pleins succès aux travaux du présent atelier de restitution de l’évaluation à mi-parcours du programme 18-21 d’appui à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ruraux vulnérables dans les diocèses de Bamako, Kayes et Ségou, au Mali.

 

Je vous remercie de votre aimable attention !

 

Bamako, le 5 septembre 2020

Le Secrétaire Général de Caritas Mali

Théodore TOGO

Réception définitive de l’étang piscicole et du surcreusement de la digue de Guihoyo

Réception définitive de l’étang piscicole et du surcreusement de la digue de Guihoyo


L’équipe PASAN de Bamako a précédé le 17 juin 2020, à la réception définitive de l’étang piscicole et du surcreusement de la digue de Guihoyo, dans la commune rurale de Guihoyo, cercle de Kolokani. Sa réalisation a coûtée environ 30 Millions de Francs CFA. C’était en présence du Coordinateur Diocésain de Bamako, Ferdinand SISSOKO, du Coordinateur National du PASAN, Armand KASSOGUE, accompagné du Chargé de Communication de Caritas Mali, de la chargée PASAN de Bamako, Delphine KY, du Comptable et Logisticien, Emmanuel TIENOU, et ses deux ADC. Le curé de la Paroisse de Kolokani s’est fait représenté par son vicaire, Abbé Gilbert KONATE.
On pouvait noter également la présence du représentant du Maire de la comune rurale de Guihoyo, du chef de village de Guihoyo, le représentant du génie rural de la préfecture de Kolokani, les membres du comité de gestion de l’étang piscicole et enfin les représentants de l’entreprise qui avait en charge la réalisation de l’ouvrage.

Après la visite de l’ouvrage par la délégation le Coordinateur National du PASAN, Armand KASSOGUE, a remis la clé de l’étang piscicole au président du comité de gestion qui est désormais, avec son équipe, responsable de l’ouvrage. Cette cérémonie de remise s’est déroulée dans cours de la mairie de Guihoyo. Le comité, par la voix de son président, a promis de prendre soin de façon efficiente l’étang piscicole qui devenu maintenant leur propriété. Après les remerciements du village à l’endroit de Caritas Mali à travers le PASAN tous les intervenants ont insisté sur la responsabilité de la population de Guihoyo à mieux gérer cet étang piscicole qui fait parti d’un ensemble d’action afin de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ruraux vulnérables.

a titre de rappel le PASAN est un programme qui intervient dans trois diocèse du Mali, Bamako, Kayes et Ségou pour 4 ans grâce à l’appui financier de quatre partenaires que sont: Caritas Norvège, Caritas Innsbruck, Caritas Espagne et Secours Catholique/Caritas France.

Caritas Mali PASAN-BKS 1821 le Suivi-évaluateur fait une première mission dans le diocèse de Ségou.

Caritas Mali PASAN-BKS 1821 le Suivi-évaluateur fait une première mission dans le diocèse de Ségou.

Le Suivi Evaluateur Redevabilité et Apprentissage (SERA), Alfousseyni SAMAKE, du PASAN vient d’effectuer une mission dans le diocèse de Ségou ce vendredi 5 juin 2020. Il était accompagné de Jean Christophe Magma KONATE, Chargé de communication. L’équipe de Ségou était composée du Chargé Diocésain du PASAN, du Suivi évaluateur diocésain et de trois Animateurs de Développement Communautaire (ADC).

Le SERA nouvellement recruté s’est attelé à faire démarrer véritablement la mise en œuvre du système de suivi évaluation redevabilité et apprentissage du PASAN. Le défi premier à relever est la mise en place d’une banque de données. Pour ce faire, il a conçu différents outils électroniques d’utilisation doivent d’être bien comprises par les diocèses.

L’objectif principal de cette mission est de contribuer à la réussite de la mise en œuvre du système de suivi évaluation du PASAN. De façon spécifique elle vise à permettre à l’équipe PASAN de Ségou et le SERA de se connaitre mutuellement d’une part. Et d’autre part, impliquer l’équipe de Ségou dans la collecte et l’analyse des données dans le renseignement des nouveaux outils électroniques conçus. Aussi, cette mission vise à renforcer les moyens de sensibilisation à la Covid19 de l’équipe avec des supports audiovisuels.

Après une brève présentation des participants, ce qui leur a permis de se découvrir mutuellement, le SERA a tenu une un mini atelier d’orientation sur les outils. Dans un premier temps cet atelier a permis au SERA de comprendre l’organisation actuelle du diocèse en matière de suivi évaluation, les outils utilisés, les difficultés rencontrés. Ensuite, d’orienter l’équipe sur les nouveaux outils électroniques conçus pour alimenter la base de données. Les nouveaux outils sont au nombre de 5 que sont :

  • La fiche d’enregistrement des structures locales établies ;
  • La fiche de collecte des données de suivi des activités de formation, sensibilisation et appui-conseil du PASAN Mali ;
  • La fiche de dépistage du PASAN-BKS 1821 ;
  • La fiche de suivi des enfants MAM admis dans les foyers DP ;
  • Outil d’enregistrement des ménages vulnérables (PASAN-BKS 1821)

Les outils sont installés sur les ordinateurs et les téléphones androïdes de chaque membre de l’équipe. Des exercices pratiques ont été effectués afin de faciliter la maitrise des outils sur le terrain.

Pour rappel, le Programme d’Appui à la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des ménages ruraux vulnérables (PASAN) intervient dans trois diocèses, Bamako, Kayes et Ségou. Il est financé par quatre partenaires pour une durée de quatre ans. Il s’agit de Caritas Norvège, Caritas Innsbruck, Caritas Espagne et Secours Catholique/Caritas France.

Jean Christophe