News

 Dernières Actualités

Interview du Secrétaire Général Caritas Mali

juillet 29
20:47 2013

Election présidentielle 2013:

THEODORE TOGO, Secrétaire Général de Caritas Mali: « LES OPERATIONS DE VOTE SE SONT DEROULEES DANS LE CALME »

A l’issue de l’élection présidentielle du 28 juillet 2013, M. Théodore TOGO, Secrétaire Général de Caritas Mali dresse le premier bilan du travail effectué par Caritas au cours du scrutin. Interview.

Caritas au Sahel : Quelle appréciation globale faites-vous du déroulement de l’élection présidentielle du 28 juillet 2013 ?
Mon impression générale, c’est que ça vraiment été une réussite. Le Gouvernement à travers ses organes électoraux, la CENI, la direction générale des élections, l’administration territoriale, a joué son rôle durant tout le processus. Il faut aussi saluer les autres acteurs comme les forces de sécurité, les agents électoraux, les medias et observateurs… Le jour du scrutin, il y a eu une grande mobilisation et un engagement de tous les acteurs à œuvrer à la réussite des opérations. Les élections se sont déroulées dans le calme et la sérénité. Le Mali attend calmement son nouveau Président.
photo-2Caritas au Sahel : Le jour de l’élection, Caritas Mali a déployé une mission d’observation de 153 observateurs sur l’ensemble du territoire malien. Concrètement, comment le travail s’est effectué ? Quels sont les grands enseignements que vous tirez de ce scrutin ?
Caritas a effectivement mobilisé et déployé 153 observateurs grâce au soutien de CRS, de secours catholique France, des Caritas au Sahel, qui nous ont envoyé leurs communicateurs. La conjugaison des efforts nous a permis de réunir le personnel nécessaire. Les 153 observateurs ont été recrutés, formés et outillés pour intervenir efficacement sur le terrain. Nous avons mis plusieurs documents à leurs disposition comme le code électoral, le code de bonne conduite, la loi électorale, le guide des observateurs, les fiches de remplissage et d’observation d’élection. Nos observateurs étaient présents à Kidal, Tombouctou, et Gao. A ceux-ci, il faut ajouter les points focaux des diocèses de Kayes, Sikasso, San, Ségou et Mopti. Le travail des observateurs et des communicateurs nous a permis de suivre à temps réel, l’évolution de la situation.

Caritas au Sahel : Vous avez travaillé en partenariat avec Secours Catholique/Caritas France, CRS, Caritas au Sahel (Burkina, Niger, Sénégal) pour cette mission d’observation. A votre avis, en quoi est-il important que Caritas s’intéresse aux questions de gouvernance ? Quelles pourraient être les perspectives de Caritas sur cette thématique ?
Cette mission a été une très bonne expérience. Nous avons pu travailler en synergie car les Caritas du Sahel avaient déjà une équipe de communicateurs assez bien expérimentés et qui font bien le travail. Nous avons mis à profit cette expertise durant tout le processus. L’une des grandes leçons à en tirer est que la communication doit de plus en plus jouer un rôle fondamental au sein de nos organisations. Aujourd’hui, on ne peut pas réussir une telle mission sans une communication assez organisée, assez forte. Nos moyens étaient limités certes, mais nous avons atteint des résultats très appréciables comme les autres organisations qui avaient davantage de moyens. Avec peu de moyens, de la volonté et une bonne organisation, on peut faire énormément de choses.
Il serait bon que Caritas capitalise cette expérience, qu’elle encourage les communicateurs, qu’elle mette à leur disposition les équipements et moyens de travail nécessaires. Nous, les différents responsables au niveau de Caritas, les secrétaires généraux, devons accompagner cette équipe.
Je lance l’appel au réseau Caritas, pour un appui en équipement de communication. Le rôle d’observateur est très important pour décourager la fraude, la manipulation. Si les mauvaises pratiques ne sont pas empêchées, nous allons choisir de mauvais dirigeants. Et si nous avons de mauvais dirigeants, il est clair que les principes et valeurs essentiels que sont la dignité de la personne humaine, le bien commun la solidarité, la participation, auront du mal à être mis en œuvre. Les observateurs sont là pour permettre à la population de faire des élections crédibles, transparentes, justes, apaisées. Nous devons de plus en plus évoluer vers ce système d’observation pour limiter les dégâts. C’est un moyen de gouvernance et de contrôle. Je lance un appel pour que l’expérience du Mali soit capitalisée, encouragée. L’équipe de communication pourrait être mise à contribution ailleurs. Pour finir, je voudrais remercier les Caritas du Sahel, les partenaires techniques et financiers, les personnes ressources qui nous ont accompagné, et tous ceux qui de près ou loin nous ont aidé et ont exprimé leur solidarité pour le Mali.

Communicateurs de Caritas au Sahel

Partagez sur

Auteur

admin

admin

Derniers Articles

Rechercher sur le site

Souscrire à la Newsletter

Pour être informé des dernières actualités indiquer votre e-mail ici

Calendrier 2016

avril 2017
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930